Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted in Sport | 0 comments

4 techniques de pêche à retenir

4 techniques de pêche à retenir

Depuis des siècles, voire des milliers d’années, le poisson constitue un élément indispensable de l’alimentation des hommes et la pêche peut être considérée comme un simple loisir, mais elle peut être aussi une véritable passion que bien des amateurs se mettent à apprendre. La pêche peut être aussi sportive selon la technique utilisée.

La pêche aujourd’hui

Les méthodes de pêche n’ont cessé de se développer au fur et à mesure et avec le développement de matériels de plus en plus sophistiqués : canne à pêche en fibre de carbone, des sondes pour détecter la présence de poissons, du matériel de navigation de plus en plus abouti, ont rendu la pêche de plus en plus technique.

De plus, la pêche diffère selon l’espèce pêchée, le lieu de pêche. En effet, selon ces 2 éléments la technique variera. Il existe ainsi différentes techniques que tout bon pêcheur doit connaître, ensuite, avec cette connaissance vous pouvez décider de celle qui vous convient le mieux pour vous perfectionner en fonction du poisson que vous souhaitez pêcher.

Avec du bon matériel et la maîtrise d’une technique de pêche, un novice peut se rendre dans un lac et revenir avec le ou les poissons pêchés, s’il n’est bien sûr pas adepte du « no-kill » qui se veut être une technique respectueuse du poisson englobant les soins du poisson puis sa remise à l’eau !

1. La pêche « No-kill »

Le terme « No-kill » signifie « pas de mise à mort », ce qui indique que le poisson est capturé puis remis vivant dans l’eau après avoir été pesé et soigné. La mode débute au XXème siècle quand les pêcheurs américains triaient et remettaient à l’eau les poissons ne respectant pas la taille de capture. Peu à peu, c’est devenu un concept cher aux yeurs des pêcheurs. La pêche no-kill fait autant parler à cause du nombre important de pêcheurs qui remettent tardivement leurs prises à l’eau.

Le respect des exigences pour atteindre une mortalité nulle chez les poissons n’est pas compliqué. Il suffit d’avoir le matériel adéquat avec soit et de relâcher rapidement la prise. Si les méthodes qui suivent servent à attraper le poisson pour la consommation, celle-ci s’éloigne de cette logique et fait de nombreux adeptes.

2. La pêche au leurre

Elle s’assimile à la pêche à la ligne et date de plus d’une centaine d’années. Ce n’est qu’au début des années 90 que les pêcheurs décident de perfectionner cette méthode. Son efficacité est si élevée que les Anglais et Américains veulent créer un poisson artificiel et l’utiliser comme appât. Le but est d’attirer le poisson en lui faisant croire à une imitation.

Cette forme de pêche nécessite une participation active de la part du pêcheur. Le taux de réussite dépend de la catégorie d’eau et les analyses affirment que les eaux de catégorie 2 ont les meilleurs rendements. Elle convient aux carnassiers tels que le brochet, le silure, ou la perche. Dans des eaux de première catégorie, le pêcheur attrape rapidement la truite.

3. La pêche au coup

Cette technique existe depuis la découverte de la pêche. La majorité d’amateurs fait son initiation à l’aide de cette méthode. Le principe c’est d’attirer en utilisant des appâts comme la farine ou les graines, le poisson à un endroit précis appelé « coup ».

Pratiquée dans les eaux de deuxième catégorie comme les étangs, les canaux et rivières lentes, la pêche au coup procure de bons rendements. L’usage de la pêche au coup est propice pour attirer les poissons blancs comme le Gardon, la Brême ou l’Ablette.

L’outil principal est un flotteur avec canne dépourvu de moulinet. Les pêcheurs anglais se servent de cannes à emmanchement pour capturer des poissons à des profondeurs de 4 à 13 mètres.

4. La pêche à la mouche

Si vous êtes agile et disposez d’un bon sens de l’observation, la pêche à la mouche vous conviendra. Dérivée de la pêche à la ligne, le monde fait sa connaissance à l’aide du manuscrit de Claude Elien, sorti vers l’an 200 av. J.-C… « Natura Animalium », c’est le nom du manuscrit, qui décrit les premières méthodes pour leurrer le poisson en servant d’hameçons recouverts de plumes de coq et de laine rouge.

C’est la méthode principale qu’utilisent les pêcheurs pour attraper des truites ou des ombres et bien d’autres poissons. Par ce procédé, le pêcheur fait croire au poisson qu’il s’agit de larve, d’insecte ou de petit poisson vivant, et qu’il peut en consommer (toutes proies qu’un poisson est susceptible de consommer). La méthode convient aussi pour la pêche des cylindrés de surface dans les eaux de deuxième catégorie.

Cette technique peut se réaliser en eau douce ou dans la mer directement. La pêche à la mouche est considérée comme une pêche sportive. Grâce à la pêche à la mouche, il est possible de pêcher de la truite, du brochet, de la carpe, de l’ablette et d’autres espèces de poissons…

Laisser un commentaire