Le président par intérim du Pérou, Manuel Merino, annonce sa démission après un bouleversement national

  • DREAMEA Sommier de relaxation manuel monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs - 70 x 190 cm
    Sommier de relaxation monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs Ce sommier 3 plans de couchage offre un soutien idéal grâce à ses 13 double-lattes multiplis montées sur tenons pour une robustesse inégalable. Chacune des 13 double-lattes est équipée d'embouts réglables permettant
  • DREAMEA Sommier de relaxation manuel monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs - 80 x 200 cm
    Sommier de relaxation monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs Ce sommier 3 plans de couchage offre un soutien idéal grâce à ses 13 double-lattes multiplis montées sur tenons pour une robustesse inégalable. Chacune des 13 double-lattes est équipée d'embouts réglables permettant
  • Smartbox Activité manuelle à faire soi-même avec la lampe Poster imaginée par le studio japonais YOY Coffret cadeau Smartbox
    DesignerBox, ce sont des créations exclusives livrées chez vous, en kit ! Grâce à ce coffret, construisez vous-même votre lampe Poster, imaginée et créée par le duo de créateurs nippons du studio YOY. Vous recevrez pour cela une box renfermant tous les accessoires nécessaires à votre activité DIY : 1 feuille
  • DREAMEA Sommier de relaxation manuel monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs - 70 x 190 cm
    Sommier de relaxation monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs Ce sommier 3 plans de couchage offre un soutien idéal grâce à ses 13 double-lattes multiplis montées sur tenons pour une robustesse inégalable. Chacune des 13 double-lattes est équipée d'embouts réglables permettant
  • DREAMEA Sommier de relaxation manuel monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs - 80 x 200 cm
    Sommier de relaxation monté sur tenons, 3 plans de couchage, fermeté réglable par curseurs Ce sommier 3 plans de couchage offre un soutien idéal grâce à ses 13 double-lattes multiplis montées sur tenons pour une robustesse inégalable. Chacune des 13 double-lattes est équipée d'embouts réglables permettant
  • Beliani - Lit à ressort 90 x 200 cm en tissu gris PRESIDENT
    Mobilier d'intérieur Meuble de chambre Lit et matelas Lit BELIANI, Lit simple au style épuré et moderne Lit au style classique qui convient parfaitement aux chambres au design traditionnel ou moderne. Sa base robuste en bois massif est dotée de multiples ressorts flexibles offrant un support

La police utilise des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui manifestent contre le nouveau président

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans la capitale péruvienne, Lima, le 13 novembre, contre la prestation de serment de l’ancien chef du Congrès Manuel Merino en tant que nouveau président du pays après que lui et d’autres dirigeants de l’opposition aient évincé le président Martín Vizcarra.

LIMA, Pérou – Le président par intérim du Pérou a annoncé sa démission dimanche alors que le pays plongeait dans sa pire crise constitutionnelle en deux décennies à la suite de manifestations massives déclenchées lorsque le Congrès avait évincé le dirigeant populaire du pays.

Dans une courte allocution télévisée, Manuel Merino a déclaré qu’il avait agi dans le respect de la loi lorsqu’il a prêté serment en tant que chef de l’État mardi, malgré les allégations des manifestants selon lesquelles le Congrès avait. a organisé un coup d’État parlementaire.

«Comme tout le monde, je veux ce qu’il y a de mieux pour notre pays», a-t-il déclaré.

La décision est intervenue après une nuit de troubles au cours de laquelle des dizaines de manifestants ont été blessés par une force contondante, des gaz lacrymogènes ou des projectiles qui, selon les groupes de défense des droits, venaient principalement de la police utilisant une force excessive pour étouffer les manifestations.

Un réseau de groupes de défense des droits de l’homme a signalé que 112 personnes avaient été blessées et que le lieu où se trouvaient 41 autres était inconnu. Les autorités sanitaires ont déclaré que les morts comprenaient Jack Pintado, 22 ans, qui a été abattu 11 fois, y compris à la tête, et Jordan Sotelo, 24 ans, qui a été touché quatre fois au thorax près de son cœur.

CONNEXES: la Colombie atteint 1 million de cas confirmés de COVID-19

“Deux jeunes gens ont été absurdement, stupidement, injustement sacrifiés par la police”, a déclaré l’écrivain péruvien et lauréat du prix Nobel Mario Vargas Llosa dans une vidéo enregistrée partagée sur Twitter. “Cette répression – qui est contre tout le Pérou – doit cesser.”

Pendant ce temps, une vague de dirigeants politiques a exhorté Merino à partir, avec au moins 13 de ses 19 ministres renflouant son gouvernement nouvellement formé. Le président du Congrès a appelé Merino à démissionner immédiatement et a déclaré que les législateurs voteraient pour l’évincer s’il refusait.

«Nous devons mettre avant tout la vie du peuple péruvien», a déclaré Luis Valdez, l’actuel chef du Congrès, qui envisage lui-même de démissionner.

DOSSIER – Capture télévisée prise alors que le président par intérim du Pérou, Manuel Merino, annonce sa démission dans un message télévisé du palais du gouvernement, le 15 novembre 2020 (LUKA GONZALES / AFP via Getty Images)

Merino, politicien et riziculteur peu connu, est devenu mardi le chef du Pérou après un vote étonnant du Congrès pour évincer l’ancien président populaire Martín Vizcarra. En tant que chef du Congrès, Merino était le prochain à Iine à la présidence lorsque Vizcarra a été destitué. Mais les manifestants soutiennent que cette décision équivalait à un coup d’État parlementaire illégal et ont refusé de le reconnaître.

«Nous voulons que la voix du peuple soit entendue», a déclaré samedi soir le manifestant Fernando Ramirez en frappant une cuillère contre un pot lors d’une manifestation.

CONNEXES: À Cuzco au Pérou, la pandémie de COVID-19 dévaste le tourisme et l’économie

Le Congrès a expulsé Vizcarra en utilisant une clause datant du 19ème siècle qui permet à la puissante législature de destituer un président pour «incapacité morale permanente». Les législateurs ont accusé Vizcarra d’avoir mal géré la pandémie et ont soutenu des accusations non prouvées selon lesquelles il avait pris plus de 630 000 dollars de pots-de-vin en échange de deux contrats de construction alors qu’il était gouverneur d’une petite province du sud du Pérou il y a des années.

Les procureurs enquêtent sur ces allégations mais Vizcarra n’a pas été inculpé. Un juge lui a interdit de quitter le pays pendant 18 mois vendredi.

L’ex-président a dénoncé la violence sur Twitter dimanche, accusant ce qu’il a appelé un «gouvernement illégal et illégitime» de l’effusion de sang.

“Ce pays ne laissera pas la mort de ces braves jeunes rester impunie”, a écrit Vizcarra.

Les manifestations qui secouent le Pérou ne ressemblent à aucune vue ces dernières années, alimentées en grande partie par des jeunes généralement apathiques à la politique notoirement turbulente du pays. Les manifestants sont mécontents au Congrès d’avoir organisé ce qu’ils considèrent comme une prise de pouvoir illégale ainsi que le choix de Merino pour diriger son gouvernement naissant.

Son Premier ministre, Ántero Flores-Aráoz, était un ancien secrétaire à la Défense qui a démissionné en 2009 après que des affrontements entre la police et des manifestants autochtones en Amazonie aient fait 34 morts.

Alberto Vergara, analyste politique à l’Université du Pacifique du Pérou, avait qualifié le nouveau cabinet de “vieux, amer, périmé, fermé au monde”.

CONNEXES: Les hospitalisations aux États-Unis ont atteint un niveau record au milieu de la flambée des coronavirus

Dans des remarques avant les bouleversements de samedi, Merino a nié que les manifestations étaient contre lui, déclarant à une station de radio locale que les jeunes manifestaient contre le chômage et ne pouvaient pas terminer leurs études en raison de la pandémie.

Le Pérou a le taux de mortalité COVID-19 par habitant le plus élevé du monde et a connu l’une des pires contractions économiques d’Amérique latine.

Selon l’Association nationale des journalistes, il y a eu 35 attaques contre des membres des médias entre lundi et jeudi, presque toutes par des policiers. Des groupes de défense des droits ont également documenté une force excessive contre les manifestants, le déploiement de gaz lacrymogène près des maisons et des hôpitaux et la détention de manifestants.

«Nous documentons des cas de brutalité policière au centre-ville de Lima», a écrit samedi sur Twitter José Miguel Vivanco, directeur de Human Rights Watch pour les Amériques. “Tout indique que la répression contre les manifestants pacifiques s’intensifie.”

Armario a rapporté de Bogota, Colombie. Storyful a contribué à ce rapport.

Nous serons heureux de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Plaxeo
Logo