Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted in Santé | 0 comments

VIH : quelles causes et quels symptômes ?

VIH : quelles causes et quels symptômes ?

Depuis de nombreuses années, on entend souvent parler du VIH (plus connu sous le nom de « Sida ») et du fait qu’il a déjà tué plusieurs millions de personnes à travers le monde et continue de le faire. À ce jour, aucun traitement ne permet de guérir totalement cette maladie. Les professionnels de la santé  comme l’ONUSIDA encouragent la lutte contre ce fléau puissant dont le traitement est coûteux et est difficilement accessible dans les pays en voie de développement. Afin d’apporter plus d’informations sur le Sida, voyons ensemble sa définition, ses modes de transmissions ainsi que ses différents symptômes.

VIH Sida : de quoi s’agit-il ?

Le Sida, ou le syndrome d’immunodéficience acquise, est un ensemble de symptômes successifs à la destruction de cellules du système immunitaire. Il est causé par le VIH ou le virus de l’immunodéficience humaine. En plus clair, le Sida est le dernier stade de l’infection par le VIH lorsque la défense immunitaire du patient est affaiblie et devient particulièrement vulnérable aux différentes maladies opportunistes pouvant conduire à la mort.

La personne atteinte du Sida est désignée par le terme sidéen. L’infection au VIH peut évoluer au Sida si le sidéen est atteint d’une maladie grave comme la méningite, la pneumonie ou une autre infection pulmonaire sévère. Dans la plupart des cas, les personnes qui ont contracté le VIH ou séropositive sont atteintes du Sida dans les cinq à dix ans qui suivent l’infection si elles ne se font pas traiter.

Les modes de transmission du VIH

Le VIH est une infection contagieuse qui se transmet par trois principaux modes de transmission, à savoir par voie sexuelle, par voie sanguine et durant la grossesse et l’allaitement. Chacun des modes de transmission du VIH présente leurs particularités.

La majorité des infections par le VIH est causée par des relations sexuelles non protégées. Dans ce cas, la transmission se fait par contact entre les sécrétions sexuelles et les muqueuses génitales, buccales ou anales. Dans ce mode de transmission, le meilleur moyen de se protéger contre le VIH est l’utilisation d’un préservatif.
La contamination par voie sanguine concerne principalement les usagers de drogues injectables, les transfusés et les hémophiles. Ceci est souvent induit par l’utilisation d’une aiguille, ou d’un autre matériel ayant un contact avec le sang, non stérilisée et qui garde une grande dose du virus. Une manière de se protéger dans ce type de situation est le fait d’utiliser les seringues à usage unique.

La transmission mère-enfant du virus peut survenir in utero au cours des dernières semaines de la grossesse, au moment de l’accouchement ou lors de l’allaitement. En l’absence de traitement, le taux de transmission entre la mère et le fœtus est d’environ 20 %. Le taux de contamination du bébé par l’allaitement avoisine les 5 %. Pour prévenir la transmission du VIH mère-enfant in utero, faire un dépistage du Sida avant ou au début de la grossesse est recommandé.

Auparavant le diagnostic du VIH s’effectuait uniquement par le biais d’un dépistage sanguin auprès d’un cabinet médical ou auprès d’une clinique de santé-sexualité.

Désormais, un autotest sida est disponible dans toutes les pharmacie et en ligne sur des boutique autorisé comme là que peut entrer en jeu une pharmacie en ligne pour faire soi-même son dépistage au VIH à domicile. Vendu en ligne, ce type de test est rapide et efficace pour diagnostiquer une infection au VIH. Si ce dernier se révèle positif, il est toutefois nécessaire de confirmer le diagnostic auprès d’un médecin pour ensuite prendre connaissance des traitements adaptés.

Les symptômes du Sida

Attention  : Il est impossible de se baser sur des symptômes pour affirmer que quelqu’un a le VIH et ce quels que soient les symptômes en question. Seul un test de dépistage effectué 6 semaines après une prise de risque pourra établir si des symptômes sont dus – ou non – à une contamination par le VIH.

Les premiers symptômes d’une infection au VIH se manifestent les deux premiers mois après la contamination. Le virus contamine rapidement les cellules immunitaires du sérum sanguin. Les signes qui apparaissent au cours de cette phase sont souvent similaires à ceux de la grippe, notamment : une diarrhée, une fièvre, de la fatigue ou de la faiblesse, des douleurs articulaires, des maux de tête, une éruption cutanée, des sueurs nocturnes, une perte de poids, une augmentation du volume des ganglions et des infections à levures persistantes ou fréquentes. Ces symptômes sont appelés « Primo-infection ».

Ces symptômes disparaissent d’eux-mêmes sans traitement et l’infection passe ensuite dans sa deuxième phase. Les personnes infectées produisent des anticorps contre le VIH et deviennent ainsi séropositives. Le troisième mois après la relation sexuelle à risque est le moment idéal pour passer un test de dépistage fiable. Lors de la troisième phase, les symptômes de la primo-infection réapparaissent et la maladie évolue vers le Sida.

Arrivé à la phase, le sidéen commence à ressentir des symptômes reliés à la progression virale. Cette phase est caractérisée par un système immunitaire fortement affaibli et endommagé, ce qui favorise les infections « opportunistes ». Ce sont entre autres, la pneumonie à Pneumocystis jiroveci qui envahit le système digestif par des champignons, la tumeur des ganglions, les manifestations neurologiques…

Laisser un commentaire