Le ministère de la Justice accuse un fabricant de bombes dans l’explosion de la Pan Am en 1988

  • M-E Lot d'accus pour le set FS 2.1
    '-Cet set d'accus convient pour les interphones sans fil FS2 et FS2.1 du fabricant M-E.-Le numéro d'article de l'interphone dans notre boutique en ligne est: 11540754.-Ce set comprend 2 accus pour que vous puissiez alimenter les deux appareils de l'interphone sans fil par un accu. -Nombre: 1 set comprend 2

article

Le 21 décembre 1988, le vol Pan Am 103 s’est écrasé sur Lockerbie après le bombardement d’un Boeing 747-121. 270 personnes ont été tuées, dont 11 dans la ville de Lockerbie. (Photo par Alain Nogues / Sygma / Sygma via Getty Images) ((Photo par Alain Nogues / Sygma / Sygma via Getty Images))

WASHINGTON – Le ministère de la Justice a annoncé lundi de nouvelles accusations contre un fabricant de bombes libyen lors de l’explosion du vol 103 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Écosse, en 1988, une attaque qui a tué 259 personnes dans les airs et 11 au sol.

Les accusations ont été annoncées à l’occasion du 32e anniversaire de l’attentat à la bombe et lors de la conférence de presse finale du mandat du procureur général William Barr, soulignant son attachement personnel à une affaire qui s’est déroulée lors de son premier passage au ministère de la Justice. Il avait annoncé il y a près de 30 ans une série d’accusations contre deux autres responsables du renseignement libyens en sa qualité de procureur général par intérim, jurant que l’enquête se poursuivrait.

Bien que Barr n’ait pas comparu à une conférence de presse depuis des mois, il a dirigé celle-ci deux jours avant son départ en tant que serre-livres de carrière.

En présentant de nouvelles accusations, le ministère de la Justice réexamine une affaire qui a creusé le gouffre entre les États-Unis et la Libye, mis à nu la menace du terrorisme international plus d’une décennie avant le mois de septembre. 11 attaques et produit des enquêtes mondiales et des sanctions punitives.

L’affaire contre le prétendu fabricant de bombes, Abu Agela Masud Kheir Al-Marimi, est pour l’instant plus théorique que pratique puisque Masud n’est pas aux États-Unis. garde à vue, mais il s’agit néanmoins de l’une des poursuites contre le terrorisme les plus conséquentes engagées par le ministère de la Justice de l’administration Trump.

“Enfin, cet homme responsable du meurtre d’Américains et de nombreux autres sera soumis à la justice pour ses crimes”, a déclaré Barr.

Une percée dans l’enquête est survenue lorsque les États-Unis En 2017, des responsables ont reçu une copie d’un entretien que Masud, un expert en explosifs pour les services de renseignement libyens, avait accordé aux forces de l’ordre libyennes plusieurs années auparavant après avoir été placé en garde à vue à la suite de l’effondrement du régime du chef du pays, le colonel Moammar Kadhafi.

Dans cette interview, U.S. Les responsables ont déclaré que Masud a admis avoir construit la bombe lors de l’attaque Pan Am et avoir travaillé avec les deux autres accusés pour la mener à bien. Il a également révélé qu’il avait été convoqué par un responsable des renseignements libyens à une réunion à Tripoli et a demandé si les «valises» étaient terminées.

Alors que Masud est désormais le troisième responsable du renseignement libyen inculpé aux États-Unis. dans le cadre de l’attentat de Lockerbie, il serait le premier à être jugé dans une salle d’audience américaine.

Après que Barr en 1991 a annoncé des accusations contre les deux autres hommes, Abdel Baset al-Megrahi et Lamen Khalifa Fhimah, le gouvernement libyen a hésité à les renvoyer, sceptique quant à la possibilité d’un procès équitable.

En 1992, l’U.N. Le Conseil de sécurité a imposé des sanctions sur la vente d’armes et les voyages aériens contre la Libye pour pousser Kadhafi à rendre les deux suspects. La Libye les a finalement renvoyés pour des poursuites devant un panel de juges écossais siégeant dans un tribunal néerlandais dans le cadre d’un arrangement spécial.

Al-Megrahi a été condamné tandis que Fhimah a été acquitté de toutes les charges. Al-Megrahi a été condamné à la réclusion à perpétuité, mais les autorités écossaises l’ont libéré pour des raisons humanitaires en 2009 lorsqu’il a reçu un diagnostic de cancer de la prostate. Il mourut plus tard à Tripoli.

Le vol Pan Am a explosé au-dessus de Lockerbie moins d’une heure après le décollage de Londres le 21 décembre 1988, en route vers New York, puis Detroit. Parmi les 190 Américains à bord, 35 étudiants de l’Université de Syracuse rentrent chez eux pour Noël après un semestre à l’étranger.

L’attaque a été la dernière vague de tension entre la Libye et l’Occident. Dans les années précédant le vol, par exemple, la Libye a été accusée du bombardement d’une discothèque de Berlin-Ouest qui a tué deux soldats américains et blessé des dizaines d’autres.

Ce n’est qu’en 2003 que Kadhafi et la Libye ont accepté la responsabilité de la catastrophe panaméricaine, le pays ayant conclu un accord d’indemnisation de 2,7 milliards de dollars avec les familles des victimes. Les sanctions ont été levées et, en 2006, l’administration Bush a retiré la Libye de sa liste des États parrains du terrorisme et a rétabli les relations diplomatiques.

Outre Barr, un autre personnage clé de l’enquête Lockerbie était Robert Mueller, qui était le chef des affaires criminelles du ministère de la Justice au moment où la première série d’accusations a été annoncée. Mueller deviendra plus tard directeur du FBI et avocat spécial chargé de l’enquête sur les liens entre la Russie et la campagne Trump de 2016.

L’enquête sur la Russie a provoqué une rupture entre les hommes après que Mueller se soit plaint à Barr d’avoir mal interprété la gravité des conclusions de son équipe dans une lettre qu’il a rendue publique avant la publication du rapport d’enquête. Barr a déclaré lundi qu’il n’avait pas invité Mueller à être présent pour l’annonce des nouvelles charges.

Nous serons heureux de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Plaxeo
Logo